Focus #1 / Marseille

Mars 2017

Nous inaugurons une nouvelle rubrique, un focus sur une ville, réalisé à partir d’articles déjà publiés dans la revue depuis 2012 et que nous souhaitons remettre à l’honneur. Pour ouvrir cette nouvelle rubrique, nous commençons par Marseille, à travers 5 articles publiés entre 2014 et 2017.

En 2014, dans notre #4 sur la ville portuaire, Thibault Bechini revient sur le rôle de Marseille comme carrefour migratoire au XIXe siècle. Si les questions du port et du front de mer sont primordiales pour la ville, les recompositions urbaines et portuaires sont incessantes dans la cite phocéenne. L’un des objectifs de ces politiques portuaires est de faire de Marseille l’un des plus grands ports de croisière de la Méditerranée, ce que Véronique Mondou expliquait en 2014, toujours dans notre #4 sur la ville portuaire. Au-delà du port et de cette reconquête du front de mer, les recompositions urbaines marseillaises s’appuient également sur un tissu urbain dense, composite et traversé par des fragmentations socio-économiques toujours palpables. Lisa Lakehal explore ces enjeux par le prisme du rap et de la figure de Keny Arkana, tandis que Clara Piolatto s’intéresse au centre d’hébergement d’urgence de la Madrague, en plein coeur de Marseille. Face aux opérations de renouvellement urbain de Marseille, la question de l’hébergement d’urgence semble reléguée au second plan, interrogeant plus largement l’idée d’une affirmation d’une ville indigne, sujet au coeur de notre #8, publié en janvier 2017. Enfin, la politique urbaine de Marseille se concentre aujourd’hui sur la question culturelle, que ce soit par l’évolution de son architecture, comme le montrait Anne Costa de Beauregard avec l’exemple de la Cité radieuse devenue en 2013 un espace d’exposition et de création, ou encore par la volonté de Marseille d’être capitale européenne de la culture de nouveau en 2018, malgré les conflits et tensions que ce titre a pu révéler en 2013.

Retrouvez les 5 articles sur Marseille :

Et pour aller plus loin sur Marseille, on vous recommande :

Photographie de couverture : Le MuCEM par l’architecte français Rudi Ricciotti (avec en arrière-plan la tour de la CMA CGM et la cathédrale Sainte-Marie-Majeure), Véronique Mondou, 2014

Comments are closed.

Scroll Up